Auteur : riadabdou

L’achat d’une maison, les différentes solutions.

Quand on a envie d’acheter, c’est pour pouvoir s’enrichir sur le long terme. Nous le savons que l’immobilier est un moyen indétrônable pour pouvoir s’enrichir, car tout le monde aura toujours besoin de se loger. Cependant, quand on achète pour la première fois, c’est souvent pour son bien immobilier à soi, celui dans lequel nous allons vivre. Il y a différentes manières d’acheter et il peut donc être bon de regarder toutes les solutions qui s’offrent à nous. Nous allons voir ça ensemble dès maintenant.

Acheter du neuf.

On n’y pense pas forcément à la première réflexion. Lorsque nous souhaitons acheter, le premier réflexe que nous avons c’est d’aller voir les maisons et les appartements disponibles sur les sites de ventes immobilières, par exemple. Mais pourtant, il y a des avantages à acheter du neuf. Par exemple, acheter en Pinel à Nantes, c’est-à-dire avec la loi pinel, permet une réduction d’impôts. Et qu’importe l’âge que nous avons, c’est tout de même plutôt agréable de devoir moins payer, non ? Vous pouvez en plus, avec du neuf, organiser votre maison comme vous le souhaitez, et c’est un véritable plus aujourd’hui ! 

Acheter dans l’ancien.

Il y a également du bon, d’acheter dans l’ancien. Mais il faut admettre que ce n’est pas véritablement en terme financier. En effet, il vous faudra donc payer la maison, mais également les travaux que vous souhaitez entreprendre pour que celle-ci vous ressemble le plus possible. Et donc, le prix peut être beaucoup plus cher. Mais, le côté ancien peut apporter du charme à une maison. Les maisons neuves se ressemblent beaucoup aujourd’hui de l’extérieur. C’est avec une maison ancienne que nous pouvons apporter de la modernité. 

Le choix d’un achat de maison doit être bien réfléchi. Car bien évidemment ce n’est pas un petit crédit que vous allez demander à la banque. Alors, n’hésitez pas à regarder toutes les opportunités qui s’offrent à vous.

Comment éviter les éventuels problèmes de copropriété

Comme les colocataires, les copropriétaires peuvent aussi rencontrer des problèmes dans la gestion du bien commun. Des professionnels comme l’espace client foncia peuvent être utile et vous apporter de l’aide en gérant à votre place le bien en question. Mais avant, vous devriez connaître les dessous de la copropriété et les différents aspects de la cogestion d’un immeuble en copropriété.

Qu’est-ce que la copropriété ?

La copropriété désigne un immeuble dont il y a deux ou plusieurs propriétaires. Le bien est alors un bien partagé entre ses propriétaires. Les copropriétaires possèdent des parties qui lui sont réservées selon la division. 

Dans ce bien commun, il peut exister des parties communes qui restent indivis, comme la cour, les ascenseurs, les halls, les escaliers… 

Si les parties privées ne posent pas beaucoup de problèmes puisque bien délimitées, les parties communes par contre font parfois l’objet de beaucoup de discussions.

Le syndicat des copropriétaires

C’est un groupe qui lie les différents propriétaires d’un même bien immeuble. Sa constitution ne nécessite pas de formalité. Le syndicat entre automatiquement en vigueur entre les différents propriétaires. Il est une entité juridique qui peut agir en justice. 

Destiné à conserver l’immeuble, il veille également à la bonne gestion. C’est ce syndicat qui est en charge d’élaborer et de modifier si nécessaire les règlements de la copropriété.  Il se charge également du budget prévisionnel et des travaux nécessaires. 

Les membres, notamment les propriétaires tiennent une réunion annuelle pour prendre ensemble toutes les décisions qui concerne le bien en question. C’est aussi lors de cette occasion que le syndicat doit élire les membres d’un conseil qui sera chargé gérer l’immeuble.

Syndic bénévole ou syndic professionnel

Lors de l’assemblée annuelle, les copropriétaires désigne le syndic de copropriété. Il peur s’agir d’un syndic bénévole ou d’un syndic professionnel. Il sera chargé de la gestion en général de la copropriété : administrative, financière. Il sera aussi le responsable en cas de travaux de rénauvation, de réparation et de l’entretien de tout genre.

vendre

Vendre votre maison les étapes à suivre

Les étapes de vente à suivre sont assez simples. Dans cet article, nous vous expliquerons une vue d’ensemble de son fonctionnement.

Visite d’un agent à domicile pour prendre un mandat

Un agent immobilier se chargera de l’évaluation de la taille et du nombre total de pièces de la propriété. Il a également comme fonction de discuter du prix, de la stratégie de tarification, du DPE obligatoire et des tests de diagnostic. Un agent prendra des photos et des détails sur les biens. Photographier votre propriété est essentiel pour montrer tout son potentiel. Votre agent discutera de toutes les questions juridiques qui doivent être prises en compte, comme les droits de passage dans votre propriété. Il vous aidera à organiser les différents tests nécessaires avant de procéder à la vente. Après l’évaluation, il vous enverra un mandat de vente.

Test de diagnostic

Les maisons ne peuvent être mises en vente sans certaines expertises immobilières obligatoires réalisées par des experts agréés. Il appartient au vendeur de faire réaliser ces expertises. Avant de commercialiser votre bien immobilier, vous devez faire établir un Diagnostic de Performance Energétique (DPE) par un spécialiste agréé. Que vous vendiez par l’intermédiaire d’une agence immobilière ou à titre privé, les résultats du test doivent être affichés dans l’annonce. Ce test fournit des informations sur la consommation d’énergie, les émissions de gaz à effet de serre, les niveaux d’isolation et d’autres facteurs qui peuvent avoir une incidence sur les factures de chauffage.
Les tests DDT (Dossier Diagnostic Technique) doivent être effectués le plus rapidement possible. Ils doivent mettre en évidence tout problème potentiel qui peut être résolu ou expliqué aux acheteurs potentiels. Les tests de la technique de diagnostic du dossier comprennent :

  • Le plomb et l’amiante
  • Gaz et électricité
  • Risque naturel et parasites
  • Superficie
  • Sécurité des piscines
  • Détecteurs de fumée
  • Les égouts

Visites d’acheteurs, négociations et signature d’un compromis de vente

Certains vendeurs apprécient la visite d’acheteurs potentiels et d’autres non. Cette étape nécessite des agents formés et expérimentés dans la présentation de biens immobiliers.
Une fois qu’une offre d’achat de votre propriété est faite, l’agent immobilier s’occupera des négociations en votre nom. Il veille à ce que la vente se déroule parfaitement, y compris la négociation de toute condition préalable à la vente dont l’acheteur a besoin. Il s’agit de demandes courantes qui peuvent facilement être incluses dans les documents de vente. Après accord, votre agent s’occupera de tous les documents nécessaires et rédigera votre compromis de vente. Il assurera également la liaison avec le notaire et travaillera avec son équipe chargée des contrats. Cela garantit un processus sans heurts jusqu’à la conclusion de la vente.

Signature d’un acte de vente

En général, environ trois à quatre mois après la signature du compromis de vente, le notaire aura entrepris tous les travaux nécessaires et vous aurez convenu d’une date pour la signature finale de l’acte de vente. Cette signature a généralement lieu dans les bureaux du notaire. Une fois ce document final signé, vous remettrez la propriété et les clés de votre bien au nouveau propriétaire.
Avant cette rencontre, le notaire s’assurera que le solde des fonds nécessaires à la réalisation de l’achat se trouve sur son compte bancaire, y compris les fonds qui sont versés par une société de crédit immobilier. Vous devrez fournir au notaire un IBAN pour lui permettre de transférer les fonds (moins les impôts et les remboursements de prêts hypothécaires ou l’impôt sur les plus-values que vous pourriez avoir à payer) sur votre compte.

Fièrement propulsé par WordPress & Thème par Anders Norén